Le sidobre

Le Sidobre est une région montagneuse française située dans le sud du Massif central à onze kilomètres à l’est de Castres dans le département du Tarn. C’est un territoire granitique de 15,3 km de longueur avec une largeur maximale de 6,6 km (environ 102 km2), soit près de 10 200 hectares couverts de forêts. Le massif a une altitude comprise entre 400 et 707 mètres (point culminant se trouve au lieu-dit Le Patau). Le massif du Sidobre représente le plus grand ensemble de rochers granitiques de France et le premier centre français de production de granit.

Situation

Il est situé dans le Tarn, à la pointe sud-ouest du Massif central, entre Lacrouzette, Ferrières, Saint-Salvy-de-la-Balme, Vabre et Lafontasse. Il est délimité à l’est par les Monts de Lacaune, au sud par le «sillon du  Thoré» et la montagne noire, à l’ouest par la dépression sédimentaire de Castres. Il est situé à l’intérieur de parc naturel régional du Haut-Languedoc.

Géomorphologie

Sur le plan géomorphologique, le massif se distingue par quatre grands ensembles avec une végétation spécifique :

  • le haut Sidobre constitué de vallons à berceau ou à fond plat. Dans cette zone, on retrouve des lambeaux de l’ancienne surface d’aplanissement éocène et des cuvettes d’arénisation marécageuses. Ce paysage est caractérisé par des landes basses à bruyère, bouleau et pin sylvestre.
  • le bas Sidobre qui forme le pourtour du massif. Il se caractérise par un relief rajeuni, un réseau hydrographique bien hiérarchisé, indiquant une érosion linéaire plus intense, confirmée par les vallons bien encaissés aux versants nets. Ce paysage comprend le plateau forestier du Verdier-Camp Soleil comportant une chênaie mixte et une hêtraie-chênaie en taillis replantée en résineux
  • le Sidobre moyen, situé entre les deux zones précédentes, se caractérise par des plateaux vallonnés dans lesquels se situent de larges dépressions. Dans ces dernières se situaient des exploitations agricoles remplacées actuellement par les ateliers de transformation de granite ;
  • la vallée de l’Agout est encaissée dans un couloir d’érosion situé sur une zone fracturée. Son influence se limite à une gorge aux versants encombrés d’éboulis et de larges dalles rendant difficile l’implantation humaine.

Géologie

Le Sidobre est formé d’un granite résultant d’une intrusion hercynienne, datée récemment par la méthode Rb-Sr à 304 ± 8 Ma (Pin, 1991), soit le début du Stéphanien. La poche magmatique s’est solidifiée puis cristallisée entre 7,5 km et 20 km de profondeur, à l’intérieur de terrains métamorphiques du Cambrien supérieur qui se sont érodés et ont laissé peu à peu affleurer le bloc.

La structure du Sidobre serait celle d’une lentille épaisse en forme d’amande, et non celle d’un diapir vertical comme on l’a longtemps cru.

Le granite de la partie centrale du massif, dit granit « bleu », est une  granodiorite légèrement porphyrique, tandis que celui de la périphérie, plus gris et plus clair, est un monzogranite.